Rechercher

Immersion en eaux salées (et froides)


La théorie c'est bien, mais la pratique c'est mieux ! Pour compléter notre formation et nous préparer au mieux à la reprise de notre chantier ostréicole en janvier prochain, Etienne et moi avons tous les deux passé deux semaines de stage chez des ostréiculteurs voisins sur fin novembre/début décembre.


L'objectif était multiple :

  • Apprendre les gestes techniques du métier et les confronter nos connaissances théoriques à la pratique

  • Rencontrer de futurs "collègues" travaillant aussi sur Locoal-Mendon. Je préfère le terme de collègues à celui de concurrents. Le marché est bien assez grand pour tout le monde et nous avons beaucoup à gagner dans l'entraide 🤝

  • Avoir un aperçu de la préparation des fêtes de fin d'année, période intense et clé en ostréiculture.

  • Se confronter aux éléments en décembre 💪 et voir si on survivait... Pour cela, on a été servi ! Vent, pluie, froid, que du bonheur 😁


Le stage d'Etienne


Etienne a fait son stage chez Jean-Noël et Tifenn Yvon, qui produisent des huitres naturelles nées et élevées en mer (et bio!). Ils élèvent leurs huitres selon des méthodes traditionnelles dont beaucoup d'élevage au sol (type d'élevage que nous aimerions essayer sur nos futurs parcs) et sont membres de l'association des ostréiculteurs traditionnels. Jean-Noël a partagé sa grande expérience de l'élevage des huitres avec Etienne en le faisant travailler sur toutes les étapes de la production : travail sur les parcs (virage des poches, levée des huitres à commercialiser), dragage et hersage des parcelles au sol, tri et calibrage des huitres.



Le stage de Coralie


De mon coté, j'ai fait mon stage chez Les Huitres Papytaine qui élèvent des huitres labelisées Bio. C'est une entreprise familiale et pleine de valeurs humaines. Une belle rencontre avec Jérôme, Samuel et Patricia qui m'ont accueillie "comme à la maison". Les Huitres Papytaine sont vendues dans la région Lyonnaise (Lyon, Briançon, Grenoble). J'ai donc pu découvrir tout le process de mise en bourriche, l'organisation pour les expéditions hebdomadaires et la préparation pour le rush de Noël.





Bilan des courses

  • Deux très belles rencontres d'ostréiculteurs passionnés qui ont des valeurs proches de celles qui nous animent pour notre projet et qui ont beaucoup partagé avec nous : MERCI 😄

  • Nous avons été frappés par le fait que le métier nécessite énormément d'organisation et de cadre. En effet, il y a toute une logistique à mettre en place pour pouvoir vendre un coquillage à une date donnée et être prêts pour les périodes de pointes. Tout ça se prépare plusieurs mois à l'avance !

  • Nous avons pu confirmer que l'ostréiculture est un métier en interdépendance forte avec le milieu naturel et l'environnement. L'observation du milieu et l'adaptation constante sont essentielles. Les principaux risques sont liés aux aléas environnementaux (sanitaires et climatiques) sur lesquels les ostréiculteurs n'ont pas ou peu de moyen d'action. La qualité de l'eau est au cœur du métier.

  • Le constat que pour faire un produit de qualité, une attention et un soin quotidien sont indispensables. Et c'est seulement sur le long terme que les résultats des efforts sont visibles. Il nous faudra donc être très exigeants avec nous même pour produire des huîtres dont nous serons fiers.


En bref, c'était super chouette ! Ce ne sera pas tout rose et il y aura des obstacles à lever (qu'on espère pas trop nombreux quand même...) mais maintenant on hâte de pouvoir chausser les bottes sur nos propres parcs !






325 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout