top of page
Rechercher

Des huitres naturelles

Nous ne produisons que des huitres naturelles, c’est là une des raisons d’être de notre ferme ostréicole. Mais savez-vous ce que cela signifie ? Les huitres ne sont-elles pas toutes « naturelles » ?


Des huitres nées et élevées en mer


Nous parlons d’huitres naturelles car elles sont nées en mer et issues de la reproduction naturelle des bancs d’huitres présents dans la mer. Elles sont captées par l’ostréiculteurs sur des supports placés dans la mer. Nous avons à cœur d’élever uniquement des huitres issues de la reproduction dans le milieu naturel afin de proposer un produit authentique, riche par sa diversité génétique et respectueux des cycles naturels de l’espèce.


Une huitre naturelle est une huitre qui se reproduit chaque à année au début de l’été. Elle fait donc de la laitance qui sera ensuite libéré dans l’eau pour que la fécondation entre les gamètes males et les gamètes femelles se fasse. Par conséquent, les huitres sont naturellement laiteuses en début d’été. Elles sont tout à fait consommables mais la laitance peut déranger certains consommateurs…


Des huitres "triploïdes", organismes vivants modifiés


Pour palier à ce gros problème, les laboratoires ont eu la « bonne » idée de créer des huitres avec un lot de chromosomes en plus. Ce sont les huitres triploïdes, ou "huitres des 4 saisons". Ces chromosomes additionnels va rendre l’huitre stérile et incapable de se reproduire. On parle d'Organismes Vivants Modifiés (OVM) et non d'OGM car il n'y a pas d'introduction de nouveaux gênes dans le génome de l'huitre, seulement l'ajout d'une paire de chromosomes.

Schéma explicant la formation d'une huitre triploïde

Résultat : les huitres triploïdes ne sont pas laiteuses en été et ont une croissance plus rapide (car elles ne perdent pas d’énergie, ni de temps, à se reproduire chaque année….) – un double avantage d’un point de vue économique. Cette pratique permet donc vendre des huitres non laiteuses en été, sans pour autant informer le consommateur sur l’origine des huitres car aucune obligation d’étiquetage n’existe.



Des huitres "diploïdes" mais pas nées en mer


Au-delà de la modification du génome de l’huitre, les écloseries (=là où les huitres non naturelles naissent) sélectionnent les huitres utilisées pour la reproduction sur des critères de rendement et d’esthétique. Cela permet de produire en masse de belles huitres avec un taux de croissance important. Cette sélection génétique est effectuée sur les huitres triploïdes mais aussi sur les huitres diploïdes (=qui se reproduisent).


En achetant ses bébés huitres à une écloserie, on est certain d’obtenir un beau produit et un bon rendement. Cependant, toutes les huitres ont un génome très proche puisqu’elles sont issues d’un nombre restreint de reproducteurs, et sont donc toutes plus ou moins cousines ou sœurs. En remettant dans le milieu naturelle des populations d’huitres génétiquement sélectionnées sur des critères de production et d’élevage, ne risque-t-on pas d’appauvrir la diversité génétique des huitres naturellement présentes dans le milieu, voire créer une forme de consanguinité ? En cas de maladie, l’ensemble de la population risque de se retrouver avec les mêmes fragilités et donc les mortalités seront plus importantes.


Pourquoi élever des huitres naturelles, nées et élevées en mer ?

Le choix de ne travailler qu’avec des huitres naturelles nées et élevées en mer est un choix de raison. Certes, il existe une forte variabilité entre les huitres élevées car nous ne prenons que ce que la nature nous donne, mais cela résulte de la diversité génétique de la population. Ne faut-il pas mieux élever des huitres « hétérogènes », avec peut-être une année de plus nécessaire à leur croissance, mais dans le respect des cycles naturels, de la biodiversité et du brassage génétique des populations ?


C’est une vision de long terme pour assurer la pérennité de nos exploitations dans le temps et conserver des bancs d’huitres forts et qui pourront résister aux changements à venir. Les impacts du changements climatique, l’acidification des eaux, la montée des températures sont autant de facteurs qui vont modifier les écosystèmes dans la durée. Plus nos coquillages auront des génomes riches et diversifiés, plus ils auront de chance de survivre et s’adapter face aux bouleversements attendus (résistance aux changements de conditions, résistance aux nouvelles maladies qui apparaitront…).


En essayant de maitriser la reproduction des huitres, nous nous tirons une balle dans le pied. Nous venons modifier des équilibres génétiques issus de dizaines d’années de reproduction et nous fragilisons notre propre outil de travail. Laissons faire la nature et la sélection naturelle car elle fait généralement bien les choses. Acceptons que la sélection naturelle ne sélectionne pas uniquement les belles huitres qui poussent vite. Prenons ce que la nature nous donne et n’interférons pas dans les grands équilibres de la biodiversité.


C’est enjeu d’indépendance sur le long terme car lorsque les huitres diploïdes sélectionnées en écloserie se reproduisent dans la mer, elles viennent modifier et fragiliser les équilibres. N’oublions pas que l’ostréiculture est l’un des rares élevages qui se pratique en milieu ouvert, la reproduction des huitres se fait de façon naturelle et non maitrisée, au gré des saisons, comme pour tout animal sauvage.

Et si demain, les huitres sélectionnées en écloserie venaient effacer petit à petit la diversité des gènes de résistances des huitres présentes dans le milieu naturel et qu’une maladie venait toucher l’ensemble des huitres du littoral français, alors que ferons-nous ? Nous serons tous et toutes obligés d’acheter nos naissains aux écloseries, sur un modèle étonnamment similaire à celui des semenciers.


En synthèse sur l'origine des huitres


Il existe donc 3 origines possibles pour les huitres que vous achetez :

- Des huitres naturelles, nées et élevées en mer

- Des huitres diploïdes sélectionnées et nées en écloserie

- Des huitres triploïdes modifiées et nées en écloserie


Pour reconnaitre l’origine des huitres que vous achetez, vous pouvez vous référer aux labels « Ostréiculteurs Traditionnels » et/ou « Nature & Progrès » qui sont les deux seuls labels certifiant l’origine des huitres naturelles nées et élevées en mer. Pour notre part, nous sommes adhérents du label « Ostréiculteurs Traditionnels » et nous étudions l’adhésion au label Nature & Progrès pour les années à venir.



https://www.ostreiculteurtraditionnel.fr/

https://www.natureetprogres.org/

365 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

댓글


bottom of page